Conférence-débat FFE du lundi 25 août

Horaire : 11h00

Posez vos questions à Diego Salazar, Président de la Fédération. Deux canaux possibles :

1) Par tchat sur la page Twitch
(inscription gratuite à Twitch pour pouvoir utiliser le tchat (se loguer ensuite))

2) Par e-mail à ffechecs2@gmail.com

Les réponses du Président seront retranscrites ici-même au fur et à mesure. Actualisez donc cette page régulièrement (touche F5 de votre clavier).


11h00 : le Président Diego Salazar ouvre la conférence. Aurélie Dacalor et Jocelyne Wolfangel sont présentes également. Une présentation est retransmise sur un écran TV. Télécharger la présentation

1er thème : les compétitions fédérales. Une nouvelle charte graphique voit le jour. Chaque compétition aura son logo et son visuel. Il s’agit d’un travail de fond de la société Bibaï Sport.

Question : Parfois en Nationale 3 on doit faire 400km, n’y a-t-il pas une manière de mieux organiser les groupes d’interclubs ?

Réponse : Une réforme interclubs était prévue mais elle a été reportée pour cause de remaniement national des Régions par l’Etat. Par la suite la nouvelle réforme interclubs sera étudiée.

11:10

2ème thème : les licences. Le Président annonce la dématérialisation des licences, dans un but de développement durable, d’économie budgétaire et de modernisation des échanges.

Question : Où en est la progression des licenciés ?

Réponse : A ce jour, le nombre de licences A est équivalent à celui de la saison précédente, alors qu’il y a une baisse au niveau des licences B. Si nous tenons compte du boycott de prise de licences d’une Ligue (350 au lieu de 1000 environ), nous avons gagné 700 licences A.

Question : Quelle est la progression des féminines ?

Réponse de J. Wolfangel : il y a eu une augmentation de 120 licenciées A.

Question : Le prix des licences va-t-il augmenter ?

Réponse : Ce n’est pas à l’ordre du jour.

A ce jour la FFE n’a pas de projet fédéral (qui se décline ensuite vers les Ligues, Comités), comme c’est le cas dans les autres Sports. Pour la première fois, elle en présentera un à la rentrée.

11h20

Question : est-ce que cette déclinaison nationale sera automatique si la Fédération devient délégataire ?

Réponse : pour commencer il faut bien connaître les critères pour devenir délégataire. Par exemple, il faut que tous les clubs aient l’Agrément Jeunesse et Sport. Aujourd’hui nous en sommes à 200 sur 900 clubs en France. C’est un gros chantier. Par exemple les diplômes d’Etat seront obligatoires.

Question : les Ligues vont-elles devenir les nouvelles Régions suite au redécoupage national ?

Réponse : administrativement, oui. C’est obligatoire par rapport à l’Etat. Mais sportivement nous resterons sur le découpage actuel (compétitions, etc.).

Soyons réalistes, pour l’instant nous sommes une petite Fédération par rapport à beaucoup d’autres sports. Nous avons un petit budget. Par contre, nous avons un fort potentiel de développement, grâce au jeu d’Echecs, qui a des valeurs exceptionnelles.

3ème thème : la structuration de la Fédération

L’absence de projet fédéral est un bon exemple. Nous avons un fort besoin de structuration. Bibaï Sport nous aide dans cette optique. Le prestataire vient une fois par semaine à la Fédération et fait un  travail de grande qualité, dont les résultats demanderont du temps. De plus, pour l’instant les partenaires privés sont très frileux, du fait de la conjoncture économique.

11h30

Lorsque nous avons 30 minutes de rendez-vous avec un ministère, c’est déjà très bien. Récemment nous avons eu 1h30 d’entretien avec la Ministre de la Réussite éducative, en présence de Garry Kasparov.

Question : nous avons un manque d’intervenants dans notre secteur. Comment faire ?

Réponse : Combien y a-t-il de chômeurs en France ? Un club a engagé deux personnes qui ne savaient pas jouer aux échecs. Le club les a formés pour qu’ils puissent intervenir dans les écoles. Ces personnes avaient des connaissances pédagogiques. Le résultat a été très bon.

L’un des rôles de la Fédération est de créer de l’Emploi. C’est ainsi que nous promouvrons le Jeu et aurons plus de licenciés. Il n’y a plus d’argent au niveau de l’Etat. Par contre il existe beaucoup de subventions pour la création d’Emploi. C’est ce que nous pouvons utiliser pour créer une dynamique.

Question : la mairie finance les interventions dans les écoles. Pourquoi avoir besoin de subventions ?

Réponse : car cela ne finance pas un poste entier. Les subventions complètent le poste.

4ème thème : les cahiers des charges.

Nous avons refondu les cahiers des charges des compétitions car nous avions certains problèmes, notamment pour trouver des candidatures pour organiser les finales de compétitions. Ils seront désormais accessibles à tous, en ligne.

5ème thème : court point sur les remplacements de membres au sein du Comité Directeur.

Le Président précise que les départs du Comité Directeur ne se sont pas faits en un bloc mais que, comme à l’accoutumée, chacun sur les deux dernières saisons, a eu des motifs personnels justifiant leur démission.

6ème thème : externalisation de la boutique.

La boutique FFE va être externalisée. Elle ne sera plus gérée au siège mais avec un partenaire dont le commerce est le métier. Cela signifiera un salarié de moins et permettra donc une nouvelle répartition des tâches. Cela ne changera rien pour les licenciés, qui bénéficieront de meilleures prestations.

Cette externalisation était un gros chantier structurel, comme celui des assurances.

11h45

7ème thème : la FIDE.

Il y a trop peu d’acteurs investis dans le développement des échecs pour s’attarder à des clivages. C’est la même chose lorsqu’il y a des élections en France à la Fédération. Une fois qu’elles sont passées, il faut travailler avec tout le monde.

Au niveau de la FIDE, que cela soit bien clair, la FFE a voté G. Kasparov, en suivant le vote de son Comité Directeur, contrairement à ce qui a été annoncé récemment par M.Battesti. Une fois les élections passées, tout le monde retravaille de concert. Il est logique que la FFE travaille avec la FIDE. En 2013 un Grand Prix a été organisé en France, ce qui a permis à L. Fressinet et E. Bacrot de participer. Cela ne signifie pas pour autant que l’on cautionne totalement ce que fait la FIDE. Cependant, il est logique de travailler avec ses membres. L’objectif est et demeure le développement du Jeu d’Echecs.

Question : Kasparov a perdu de beaucoup de voix ?

Réponse : oui et certaines erreurs ont été commises dans sa campagne.

Question : Comment progresser au niveau médiatique pour les échecs ? Nous ne passons jamais à la télé, on ne sait pas qui est le champion de France, etc. Mettre les jeunes en valeur, etc.

Réponse : c’est aussi l’un des rôles de la FFE aidée par Bibaï Sport. Nous envoyons des communiqués de presse à une base médias. Ils font le choix ou non de suivre les événements. C’est comme pour les partenaires privés, les dossiers sont envoyés, simplement pour l’instant cela ne donne pas encore de résultats, mais c’est un travail sur la durée et nous sommes convaincus qu’il finira par payer.

Avant de pouvoir communiquer, il est fondamental de se structurer. La communication c’est une chose, et certainement nous pouvons mieux communiquer, notamment pour mettre fin à la désinformation. Nous sommes en train d’élaborer un outil pour cela.

Il est inacceptable qu’une personne envoie un e-mail à des milliers de personnes annonçant que nous aurions voté contre G. Kasparov par exemple.

Les Allemands ont voté Kasparov, mais sont maintenant entrés au Board de la FIDE. Au niveau de la France, nous sommes en train de proposer aux commissions plusieurs personnes dans les secteurs de la FIDE, afin de travailler avec elle comme deux Fédérations qui travaillent ensemble.

12h00

8ème thème : nous avons organisé des matchs Jeunes France-Suisse et France-Allemagne. Cela a été très apprécié.

9ème thème : le budget fédéral.

Toutes les subventions baissent. Celle de l’Etat, notre subvention BNP Paribas est passée de 215 000 € à 188 000 € et nous avons perdu de petits partenaires en début de mandat. Cela explique la nécessité de faire des économies.

Question : où en sont les procédures judiciaires, notamment  l’affaire Feller et combien cela coûte-t-il à la FFE ?

Réponse : cela commence à arriver à son terme. Cela coûte très cher à la Fédération. Une autre affaire est en cours avec l’AIDEF contre la FFE. L’ancien Président JC Moingt est attaqué au pénal à titre personnel. Le dossier est assez complexe et il est préférable de consulter directement l’AIDEF pour plus d’informations.

Question : quel est le montant global du budget fédéral ?

Réponse : environ 2 millions d’euros.

Question : ne craignez-vous pas de baisse de la subvention BNP suite aux affaires actuelles ?

Réponse : nous avons signé jusqu’en 2017.

10ème thème : les équipes de France.

Après un audit sur le secteur du haut niveau, ma première décision difficile a été de changer le sélectionneur des équipes de France. Maintenant, nos sélectionneurs ont carte blanche comme c’est le cas du football par exemple.

Notons que nous avons fait revenir Etienne Bacrot et Marie Sebag qui ne participaient plus. Nous ne pouvons pas nous passer de notre septuple champion de France et de notre plus forte joueuse française, si nous voulons espérer remporter les Olympiades. Chez les messieurs, nous étions en bonne position à 2 rondes de la fin, cela ne s’est pas joué à grand chose. Chez les filles c’est plus difficile de jouer un podium, mais l’équipe est en bonne progression.

En mixte, nous avons été vice-champions d’Europe en 2013, c’est une grande satisfaction. Au niveau des sélectionneurs nous avons misé sur la jeunesse.

Question : pourquoi 2 sélectionneurs chez les garçons ?

Réponse : car ils secondent les joueurs également et aident aux préparations des filles. L’une des idées est aussi que cela soit transversal, avec un travail de collaboration entre les équipes de France à la fois mixte et féminine. Nous avons aussi bon espoir de participer aux compétitions handisport.

Question : Bachar Kouatly ne devait pas postuler au niveau de la FIDE ?

Réponse : c’est totalement faux. C’est encore de la désinformation. Je ne vais pas passer mon temps à faire des procès en diffamation, ils seraient trop nombreux. La Ligue corse c’est extraordinaire, M. Battesti fait un travail formidable là-bas. Mais je ne vois pas pourquoi il continue à faire de la politique de “caniveau”, tout comme JC Moingt. Cela crée un climat néfaste au développement de notre sport alors que nous avons besoin d’un climat prospère pour travailler utilement, et dans l’intérêt général. Nous ne pouvons pas nous permettre, dans notre modeste milieu du Jeu d’Echecs, de passer notre temps à nous fâcher. Nous travaillons maintenant avec de nombreuses personnes qui n’avaient pas voté Salazar aux élections. C’est le bon sens.

11ème thème : Europe-Echecs.

Tous les clubs reçoivent un exemplaire d’Europe-Echecs chaque mois. C’est une belle avancée qui bénéficie à nos clubs. Ils nous offrent 4 pages fédérales dans la revue. Là encore c’est le bon sens que la Fédération travaille avec un acteur aussi important que l’est Europe-Echecs au niveau des échecs français.

12h15

12ème thème : Partenariat BNP Paribas.

Le blitz BNP du championnat de France a battu le record de participation avec 206 joueurs.

Les blitz BNP ayant lieu tout au long de la saison sont passés de 400 à 650. Je remercie Olivier Delabarre pour cela.

Nous sommes en train de renforcer fortement nos liens avec BNP Paribas, notamment avec les directions régionales. Des projets voient le jour, c’est très positif.

Question : je veux bien aller vers mon agence BNP mais ils me proposent bien moins que le Crédit Mutuel.

Réponse : Le partenariat est national mais ne se décline pas en cascade pour l’instant. Nous travaillons sur l’amélioration du partenariat. La difficulté ne se rencontre pas qu’aux échecs, mais nous ferons remonter l’information au niveau national.

Question : pourquoi au lieu du tournoi Vétérans ne pas faire un tournoi fermé avec les 12 meilleurs ? Beaucoup de vétérans jouent dans les opens.

L’assistance intervient pour répondre. Une personne indique qu’il y a 60 participants et donc que cela répond à une certaine demande.

12h30

Le Président invite Aurélie Dacalor à prendre la parole pour présenter le projet “Restons connectés”. Il consiste à créer des  sites satellites permettant d’interagir avec les acteurs de la Fédération. Il mettra notamment en valeur les bénévoles, les commissions participatives, mais aussi les organes déconcentrés de la FFE. Elle insiste sur le fait que les bénévoles sont extrêmement précieux à la FFE, et apportent de nombreuses idées au Comité Directeur. La commission Handicap est un bon exemple. Le site permettra de donner la parole aux différents acteurs.

Elle explique qu’aujourd’hui encore, on se rend compte que beaucoup ne savent pas toujours à qui s’adresser à la Fédération, par quelle voie, pour quels motifs. Il était donc temps de créer un organigramme afin que tout le monde y voit plus clair.

Cet outil permettra aussi de créer une interface entre les présidents de club et le Bureau fédéral, représenté par Aurélie avec l’aide experte des membres de commissions. Nous pouvons espérer que cela contribuera, comme cela a été dit tout à l’heure, à réduire la désinformation qui dessert les actions menées. Un système de questions / réponses permettra notamment d’avoir une grande transparence et de créer le lien direct qui fait peut-être défaut entre la FFE et ceux qui souhaitent la solliciter.

Il sera aussi utile pour organiser des sondages. Par exemple pour la durée du championnat de France. Aurélie précise que l’on se voit que trop peu souvent dans l’année, lors de l’assemblée générale, et que nous avons donc besoin d’un nouvel outil pour rester “connectés”.

Beaucoup de personnes travaillent pour la Fédération mais on ne les voit pas toutes, il s’agit de les mettre en exergue et de valoriser leur travail.

Question : quel a été l’impact des semaines thématiques ?

Réponse (DS) : par exemple pour la Semaine Féminines, 50 clubs ont participé. Au delà des actions sur le terrain, c’est aussi l’occasion pour nous de faire de la pédagogie, d’expliquer l’intérêt d’intervenir dans tel ou tel secteur. Par exemple mon club n’intervenait jamais en maisons de retraite. Nous avons débuté cette saison et ça a été extrêmement positif.

Question : la FFE soutient-elle les clubs qui participent aux Semaines ?

Réponse : oui il y a une aide financière (100 euros pour la Semaine Féminines) et des outils pour communiquer.

Les Semaines thématiques sont aussi un vecteur de développement et de communication.

Question : pourquoi il n’y a pas de flux RSS sur le site fédéral pour voir les nouveautés ? Nous devons toujours chercher dans les rubriques. Il faudrait simplifier la recherche d’informations.

Réponse : (DS) aujourd’hui nous n’avons pas les moyens financiers de refondre le site. Nous l’avons fait évoluer selon nos moyens,  et le résultat est positif.

(AD) Notre objectif à long terme est de déplacer les informations du site fédéral actuel sur un site futur doté d’une meilleure ergonomie, mais aussi plus moderne et plus accessible aux néophytes.

La structuration reste notre priorité. Nous nous inspirons du Tennis et du Handball notamment. Allons de l’avant.

13h00 : fin de la conférence-débat.

Comments are closed.